Roadtrip entre Figueres et Ripoll, à la découverte de l’âme de la Catalogne

Cinq jours de roadtrip en voiture entre Figueres et Ripoll, en passant par Besalú, Banyoles et Olot ! Une découverte de la Catalogne par la route.

En route !

5 jours pour visiter la Catalogne en voiture et s’imprégner de la culture catalane : on relève le défi ! Parcourez les ruelles sinueuses et à l’atmosphère médiévale hors du temps, explorez les terres volcaniques afin de mieux comprendre le passé et le présent de la région, mais surtout découvrez la personnalité de la Catalogne à travers ses habitants : chaleureux, bienveillants et avec l’envie de transmettre leur amour pour cette terre remplie de légendes et d’Histoire !

La 46ème caravane de voitures anciennes de Gérone

Jour 1 : Figueres

Il est 10 heures, nous sommes à Figueres, la capitale de l’Alt Empordà.

La ville doit sa grande popularité à Salvador Dalí. Né ici en 1904, il y implanta son époustouflant théâtre-musée, attirant des foules de visiteurs toute l’année. C’est aujourd’hui l’un des musées les plus visités du pays !

On part explorer le Castell de Sant Ferran ! Située sur un monticule, cette grande forteresse en forme de pentagone a été construite par Juan Martín de Cermeño entre 1753 et 1766, avant de devenir une base militaire jusqu’en 1966. La citadelle propose, depuis ses remparts, un fantastique panorama sur la plaine de l’Empordà. Déambulez dans le château, accompagnés d’un guide interprète et découvrez la vie quotidienne et militaire du 18ème siècle. La visite peut également se faire en 4X4 ou à l’aide d’audio-guides.

Une fois la visite du château terminée et le déjeuner passé, on se dirige vers le musée-théâtre de Dalí ! Inauguré en 1974 il a été construit sur les vestiges de l’ancien Théâtre de Figueres. Il renferme un large éventail d’oeuvres rendant compte du parcours artistique de Salvador Dalí (1904-1989), de ses premières expériences et de ses créations surréalistes des dernières années de sa vie.

On vous conseille également de prendre le temps d’explorer, pour admirer l’ensemble d’œuvres réalisées par l’artiste au sein du musée, parmi lesquelles les salles « Mae West », une installation tridimensionnelle et anamorphique, la salle du « Palais du Vent », le « Monument à Francesc Pujols » et la « Cadillac Pluvieuse ».

Le bâtiment est une œuvre à part entière, son architecture atypique dénote dans le quartier et souligne la personnalité unique de Dalí ! Sa coupole géodésique, œuvre de l’architecte Emilio Pérez Piñero, est un des éléments architecturaux les plus emblématiques du musée.

Le Théâtre-musée Dalí doit être considéré comme un tout, comme son dernier chef-d’œuvre. Il l’a d’ailleurs pensé et conçu pour offrir au visiteur une véritable occasion de pénétrer son monde captivant et unique. Il représente la projection et la concrétisation de tous les rêves et ses énergies créatives.

Stationnement :

À 10 minutes à pied du théatre-musée Dalí se trouve un grand parking gratuit au parc des les Aigues.

On trouve également 2 autres parking gratuits – mais à 20 mn de marche – à l’est du centre (Ctra de Llança, à proximité de la pl Liptica ; et l’autre au bout de c/ Pi i Margall).

Et plusieurs grands parkings payants (2,15-2,75€/h ; 14-20€/j.) en plein centre : Empark (plan A1 ; c/ Canigó, juste à côté du museu Dalí), sans oublier Sanartrade (pl. del President Terradellas)

Image de couverture : Besalú par Aurélie Amiot – Madame Oreille
© ACT
© Fundació Gala-Salvador Dalí (2018)
Figueres
Théâtre musée Dali de Figueres

Jour 2 : Besalú

Nous prenons la route pour nous rendre à 25 kilomètre plus au l’ouest, à l’intérieur des terres catalanes : bonjour Besalú et la Garrotxa !

Elle était autrefois appelée Bisuldunum, qui signifie « une forteresse entourée par deux fleuves » : la Fluvià au sud et le Capellades au nord.

Son ensemble historique est l’un des quartiers médiévaux les mieux conservés de Catalogne avec ses édifices religieux et civils de grand intérêt. Pour pénétrer au cœur de Besalú, il faut traverser le Pont Vell. Érigé au XIème siècle et reconstruit au fil du temps, il mesure 105 mètres de long et 30 de large. Le pont de Besalú représente le symbole de la ville et l’entrée principale du vieux quartier. Pas mal pour commencer la balade, non ?

En remontant les étroites ruelles, on tombe sur son église : le monastère de Sant Pere. Fondé en 977 il conserve une grande partie de ses bas-reliefs d’origine : deux lions, symboles de la force et du pouvoir de protection qu’offre l’église, qui terrassent un singe et un homme nu, symboles du mal et du paganisme.

Sur la place de l’église de Sant Pere on vous conseille d’aller faire un tour à la Casa Cornellà, considérée comme l’un des édifices romans-civils les mieux conservés de la Catalogne où l’on peut s’initier à la vie quotidienne médiévale.

En remontant les marches depuis les berges du fleuve Fluvià, le long des vestiges d’une ruelle pavée médiévale, on rejoint l’ancien quartier juif, qui connut un essor important au XIIIème siècle. Il ne reste pour ainsi dire, plus rien de la synagogue, mais on a redécouvert le mikwé, le bain de purification du XIIIème siècle, dont on ne connaît qu’une dizaine d’exemples en Europe. Entièrement d’architecture romane, il protège un petit bassin alimenté par une source.

A Besalú, le fleuve Fluvià est un bon endroit pour se rafraîchir un peu ! Et aussi pour pique-niquer sur les aires prévues à cet effet : l’une d’elle se situe sous le pont et est accessible depuis le parking, l’autre est située à côté du fleuve et pour y arriver il suffit de descendre du Prat de Sant Pere.

 © Arxiu Imatges PTCBG

Thermes juifs de Besalu
Fortifications de Besalu

Jour 3 : Banyoles

Notre excursion se poursuit à 13 kilomètres au sud-est de Besalú dans le petit village de Banyoles.

Si vous souhaitez vous rafraîchir, aller à Banyoles est une excellente option ! Le village est réputé pour son lac et son bassin, ils sont considérés comme l’ensemble karstique le plus vaste de la région (c’est à dire un ensemble possédant de nombreuses rivières et sources souterraines).

C’est un espace naturel unique, d’une grande valeur géologique, écologique et culturelle.

Cet environnement riche en faune et en flore est protégé par le Plan d’Espaces d’Intérêt Naturel de la Generalitat de Catalunya (PEIN), il est également inclus dans la liste Ramsar des zones humides d’importance internationale et a été proposé pour faire partie du réseau Natura 2000 dans le cadre de la région méditerranéenne.

Les visiteurs qui se rendent à Banyoles pour visiter le lac peuvent admirer les traditionnels « pesqueres », de petits bateaux de plaisance emblématiques construits pendant la deuxième moitié du XIXe siècle et au début du XXe siècle.

Le site des Desmayos situé à côté de l’Estanyol del Vilar, à l’extrême-sud du lac, est également un endroit remarquable. C’est un lieu romantique aménagé en espaces verts, dont les vieux saules-pleureurs aux grandes branches effleurent la surface de l’eau.

Le lac de Banyoles est propice à la pratique de nombreuses activités sportives et de loisirs. De fait, il fut le sous-siège des Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 pour les épreuves d’aviron. Il est possible de louer un bateau à rames ou bien de faire un itinéraire sur un plus grand bateau. Vous pourrez aussi vous baigner dans les zones délimitées, notamment à la Caseta de Fusta (accessible gratuitement, au nord), au Club Natació Banyoles ou aux Banys Vells.

Prêts à plonger dans le grand bain ?

Stationnement

Il est facile de se garer à proximité du centre de Banyoles puisque le Parc de la Draga et les Banys la Caseta de fusta proposent des zones de stationnement gratuites.

© Ajuntament de Banyoles
© Globus Empordà
© Òscar Vall
Banyoles
Montgolfières à Banyoles
Lac de Banyoles

Jour 4 : Olot

Après cette pause bucolique à Banyoles nous continuons notre roadtrip en remontant vers Olot pour aller explorer sa zone volcanique.

Le tissu urbain d’Olot s’articule autour d’un des ses volcans les plus emblématiques : le Montsacopa. Connu également sous le nom de volcan de Sant Francesc, il nous rappelle que nous nous trouvons sur une terre volcanique et dans une région où le paysage nous surprend à chaque pas.

Pour commencer la journée, direction la Casa Solà-Morales. Ce spectaculaire édifice reconstruit entre 1915 et 1916 par Lluí Domènech i Montaner a su conserver les somptueux intérieurs du 18ème siècle. La façade moderniste, avec ses balustrades au rez-de-chaussée, ses jardinières et sa belle loggia à l’étage supérieur, est décorée de sculptures réalisées par Eusebi Arnau.

On vous conseille ensuite de prendre le temps de déambuler entre ruelles et places de l’ancien quartier, avant de grimper vers l’un des éléments les plus singuliers de la ville : le volcan Montsacopa.

Le Montsacopa est le point de vue par excellence d’Olot. À quelques minutes du centre, on arrive à l’une des vues les plus impressionnantes sur la ville.

On ne peut y accéder qu’à pied mais l’ascension en vaut la peine pour observer ce volcan urbain. En faisant le tour du cône on peut observer une vue panoramique sur les différents quartiers d’Olot et autres sites intéressants tels que le volcan de la Garrinada, les montagnes d’Aiguanegra et les pics du Bassegoda ou encore la Mare de Déu del Mont.

Si la visite du Montsacopa a éveillé votre curiosité pour les volcans nous vous proposons de pousser un peu jusqu’au Parc Nou. Au rez-de-chaussée de la Torre Castanys se trouve le Musée des Volcans qui vous initiera aux phénomènes volcaniques, aux tremblements de terre et aux écosystèmes de la Garrotxa. Les jardins du Parc Nou sauront également éveiller l’aventurier qui sommeille en vous : les 4 hectares de zone verte présentent des caractéristiques de jardin anglais, des bois exceptionnels d’arbres autochtones et un jardin de plantes médicinales qui font du Parc Nou l’endroit parfait pour se détendre.

Parc Natural de la Zona Volcànica de la Garrotxa, Volcà Croscat © José Luis Rodríguez
Parc Natural de la Zona volcànica de La Garrotxa, Volcà de Santa Margarida © Javier García-Diez – Chopo
Parc Natural de la Zona Volcànica de la Garrotxa © Maria Geli i Pilar Planagumà – Arxiu Imatges PTCBG
Volcan d'Olot
Montgolfières au dessus d'Olot
Volcan d'Olot

Jour 5 : Ripoll

Notre cinquième et dernier jour à la rencontre de la Catalogne nous emmène à Ripoll, situé à 20 kilomètre à l’ouest d’Olot.

Considérée comme le « berceau de la Catalogne », la petite ville tire sa célébrité de son grand monastère bénédictin Santa Maria fondé au 9ème siècle. Au centre du bourg se dresse l’église, fondée par le comte Wilfredle Velu au IXème siècle.

Le monastère de Ripoll fut le plus important du pays pendant plusieurs siècles. Son architecture typique s’articule autour d’un jardin intérieur entouré d’une coursive archée, où le calme règne.

La cité, qui s’était développée autour du monastère, avait pour spécialité le travail du fer et d’acier obtenu selon un ensemble de procédés connu sous le nom de « forge à la catalane ». On peut notamment en apprendre davantage sur cette pratique ainsi que sur la vie quotidienne locale au musée ethnographique de la ville ouvert en 1929. Petite information pratique : le musée s’est vu décerner en 2012 le Prix national de la Culture en matière de Patrimoine !

À 9 minutes en voiture de Ripoll se trouve la randonnée des « 7 Gorgs », un parcours qui permet d’explorer 7 cascades aux eaux cristallines. On ne peut que vous conseiller d’y faire un tour avant la fin du roadtrip, pour en prendre plein la vue et se rafraîchir un peu !

Monestir de Santa Maria de Ripoll © Imagen M.A.S.
Monestir de Santa Maria de Ripoll © Maria Geli – Arxiu PTCBG
Monastère de Santa Maria de Ripoll
Monastère de Santa Maria de Ripoll

 On espère que cette virée en voiture vous a donné envie de partir sur les routes de Catalogne pour explorer le patrimoine local ! Avez-vous déjà visité l’une de ces villes emblématiques ?

Partager

Enregistrer

Articles recommandés

« La Catalogne de mon enfance », le récit touchant de Catherine Roig, rédactrice en chef de Version Femina

« La Catalogne de mon enfance », le récit touchant de Catherine Roig, rédactrice en chef de Version Femina

Ma grand-mère mesurait 1m50, elle chaussait du 34, et je ne l’ai jamais vue pas…

10 livres pour explorer la Catalogne au coin du feu

10 livres pour explorer la Catalogne au coin du feu

Romantique, tragique, historique... La littérature catalane est le reflet de la société en constante évolution…

Balade d’hiver dans les Pyrénées de Catalogne

Balade d’hiver dans les Pyrénées de Catalogne

Dans les Pyrénées de Catalogne, l’hiver s’installe doucement. C’est l’occasion de redécouvrir la montagne !…

24 heures à Caldes de Montbui

24 heures à Caldes de Montbui

Caldes de Montbui, l'une des stations thermales les plus fréquentées de la péninsule, attire de…

24 heures au coeur de Montserrat

24 heures au coeur de Montserrat

Haut perché sur le massif du même nom, le monastère de Montserrat observe la vallée.…

5 expériences pour explorer Lleida

5 expériences pour explorer Lleida

Principalement connue pour ses merveilles architecturales et artistiques, la ville de Lleida propose également une…

Voir tout

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.